Sommaire

Téléchargements

Langue

Fermer

Pas de résultats. Modifiez la clé de recherche.

Gestion de l’entreprise axée sur la valeur

Les indicateurs financiers utilisés pour planifier et gérer les flux de trésorerie opérationnels sont le résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA) et les investissements en immobilisations corporelles et autres immobilisations incorporelles. Le rapport entre la valeur globale de l’entreprise et l’EBITDA permet en outre d’établir une comparaison relative de la valeur de l’entreprise tirée du cours de l’action avec celle d’autres entreprises de télécommunication. Ce rapport est déterminé essentiellement par l’évolution du chiffre d’affaires et des marges et par les attentes des investisseurs en matière de croissance.

Le système de rémunération des membres de la Direction du groupe comprend une part variable liée au résultat, versée à hauteur de 25% sous forme d’actions Swisscom bloquées à la vente pendant trois ans. Les membres de la Direction du groupe ont la possibilité de porter cette proportion à 50%. Cette part variable repose notamment sur des objectifs financiers comme le chiffre d’affaires net, la marge EBITDA et le free cash flow opérationnel. Les objectifs financiers pertinents pour l’octroi de la part variable liée au résultat et le programme de participation garantissent que les intérêts de la direction sont conformes à ceux des actionnaires.

Valeur globale de l’entreprise

En millions CHF ou selon indication   31.12.2016   31.12.2015
         
Valeur globale de l'entreprise
Capitalisation boursière   23 627   26 056
Dette nette   7 846   8 042
Part des actionnaires minoritaires aux filiales   8   5
Valeur globale de l'entreprise (EV)   31 481   34 103
Résultat d’exploitation avant amortissements (EBITDA)   4 293   4 098
Ratio valeur globale de l'entreprise/EBITDA   7,3   8,3

La valeur globale de l’entreprise (enterprise value) tient compte de la somme résultant de la capitalisation boursière, de la dette nette et des intérêts minoritaires dans les filiales de Swisscom. Les intérêts minoritaires sont évalués à leur valeur comptable. Dans un souci de simplification, les autres actifs et engagements non opérationnels ne sont pas pris en compte. La valeur globale de l’entreprise Swisscom a diminué de CHF 2,6 mil­liards ou 7,7% à CHF 31,5 mil­liards par rapport à l’année précédente. Ce repli s’explique surtout par une capitalisation boursière plus faible. Le rapport entre la valeur globale de l’entreprise et l’EBITDA s’est réduit pour s’établir à 7,3 (exercice précédent: 8,3). Cette baisse est due au fait que l’EBITDA a plus fortement progressé que la valeur globale de l’entreprise en glissement annuel. L’EBITDA comptabilisé pour l’exercice 2015 a été particulièrement grevé par les provisions constituées pour une procédure juridique, d’un montant de CHF 186 millions. Abstraction faite de ces effets négatifs pour l’EBITDA, le rapport est de 8,0.

Avec un rapport de 7,3, la valeur boursière relative de Swisscom est nettement supérieure à la valeur moyenne des entreprises européennes comparables évoluant dans le secteur des télécommunications. Cette évaluation favorable résulte, d’une part, de la forte position sur le marché occupée par Swisscom grâce à des investissements élevés et à une politique attrayante en matière de dividendes et repose, d’autre part, sur des conditions-cadres suisses telles qu’un niveau des taux d’intérêt plus bas que dans d’autres pays européens et des taux d’impôt sur le bénéfice moins élevés.