Sommaire

Téléchargements

Langue

Fermer

Pas de résultats. Modifiez la clé de recherche.

Autres thèmes environnementaux au sein de l’entreprise

Papier

Swisscom distingue les matériaux en fonction de leur durée de vie: ceux de courte durée et ceux de longue durée. Swisscom s’emploie à réduire l’impact que certains matériaux à durée de vie limitée, notamment le papier, exercent sur l’environnement. Pour l’administration interne, l’entreprise utilise ainsi un papier recyclé assorti de l’écolabel Ange Bleu. Au cours de l’exercice sous revue, Swisscom a également employé cette excellente qualité de papier recyclé pour la nouvelle facture simplifiée. Pour les publicités ou les imprimés, elle recourt exclusivement au papier assorti du label FSC (Forest Stewardship Council). Le passage à un envoi bimestriel des factures aux clients ainsi que la facture simplifiée et la facture électronique ont permis de réaliser de substantielles économies de papier. Pour les impressions dans ses bâtiments, Swisscom utilise le «Follow-Me-Printing», ce qui lui a également permis de réduire la consommation de papier. Un papier d’un grammage de 34 g/m2 et 38 g/m2 assorti de l’écolabel Ange Bleu est utilisé pour les annuaires téléphoniques. La consommation de papier pour les annuaires téléphoniques est en recul, car le nombre de volumes imprimés régresse fortement.

Tonnes   qualité   2014   2015   2016
                 
Domaine
Bureau (photocopieuses, imprimantes) (80 g/m2= 5g/feuille)   Ange Bleu   130   137   92
Imprimés   Label FSC   3 225   2 333   2 209 3
Factures et enveloppes (enveloppes = 6 g/piece)   Label FSC   672,4   575,1   415,6
Annuaires téléphoniques   Ange Bleu   2 945 2   2 699   2 414
Consommation totale de papier       7 449   5 401   5 130 3
                 
1 75% dès 2014, 100% avant
2 Annuaires téléphoniques hors périmètre Swisscom (passage à LTV, reprise de LTV par Swisscom 2014)
3 Emballages à hauteur de 770 tonnes inclus

Câbles, fibres optiques et poteaux en bois

La construction du réseau requiert l’utilisation de matériaux ayant une longue durée de vie, tels que les câbles ou les fibres optiques. En 2016, de manière similaire à l’année précédente, Swisscom a utilisé les matériaux suivants sur son réseau fixe: fibre optique, paires de câbles torsadés en cuivre ainsi que des tubes en polyéthylène respectueux de l’environnement. Remplacé dans une mesure croissante par la fibre optique, le cuivre est encore utilisé, toutefois uniquement si le contexte l’exige. Comme le tableau l’indique, la quantité de cuivre varie d’une année à l’autre. La pose de la fibre optique jusqu’à la rue ou jusqu’au bâtiment permet une utilisation haut débit des câbles en cuivre existants sur les derniers mètres. Dans la zone de base, Swisscom ne pose plus de nouveaux câbles en cuivre de grand diamètre.

Par ailleurs, Swisscom a également installé des poteaux téléphoniques en bois traités avec des produits de conservation à base de cuivre et de chrome. En 2015, Swisscom a lancé une nouvelle procédure pour contrôler ces poteaux. Il est ainsi possible, dans le cas de travaux de réfections, de ne remplacer que les poteaux présentant de réelles insuffisances. En 2015 et 2016, Swisscom a pu réduire très largement le nombre de poteaux téléphoniques installés, car la quantité de poteaux classifiés comme touchés par la pourriture a reculé par rapport aux années précédentes. Trois entreprises partenaires garantissent et assurent l’élimination respectueuse de l’environnement des poteaux à la fin de leur durée d’utilité.

En km, tonnes ou nombre   Unité   2014   2015   2016
                 
matériaux
fibres optiques   Fkm   1 377 471   1 364 004   1 202 362
paires de cuivre   km   104 032   81 191   62 637
tubes en polyéthylène PE   km   810   734   492
cuivre 1   tonnes   992   924   732
polyéthylène PE 1   tonnes   774   725   438
poteaux téléphoniques en bois   nombre   8 789   7 502   3 515
                 
1 calculé à partir des tubes en polyéthylène PE resp. des paires cuivre

Eau

Swisscom extrapole sa consommation d’eau sur la base d’une mesure moyenne de consommation dans ses plus grands bâtiments et la multiplie par le nombre d’équivalents plein temps. La moyenne des mesures pour 2016 indique une consommation de 40 litres par équivalent plein temps et par jour. Swisscom veille dans une mesure croissante à réduire sa consommation d’eau. Dans le cadre de l’optimisation de l’exploitation (projet Pioneer), elle a donc installé des capteurs d’écoulement dans les installations existantes. Le nouveau Business Park de Sion est équipé de robinetteries ultramodernes qui permettent une baisse de 90% de la consommation d’eau quotidienne par rapport aux robinetteries traditionnelles.

L’eau n’étant utilisée que dans un seul processus commercial – le refroidissement – son impact environnemental n’est pas significatif. Pour le refroidissement des centres de calcul, Swisscom exploite en principe un système de refroidissement à sec. Swisscom ne met en œuvre des systèmes de refroidissement hybrides ou adiabatiques (basés sur l’évaporation de l’eau) qu’à titre exceptionnel. Dans ce cas, conformément à une directive interne, Swisscom privilégie alors l’eau de pluie ou, si une autorisation est délivrée, l’eau des rivières/lacs. Pour le nouveau centre de calcul de Berne Wankdorf, la part d’eau de pluie utilisée comme moyen de refroidissement doit impérativement dépasser 80%, les refroidisseurs ne pouvant par ailleurs utiliser l’eau tout au plus que pendant 15% du temps d’utilisation annuel global.

La consommation d’eau pour le refroidissement reste ainsi nettement inférieure à la consommation totale de Swisscom en eau.

Installations frigorifiques et réfrigérants

Swisscom remplace en permanence toute les anciennes installations frigorifiques à compression et à agents réfrigérants exploitées dans les centraux téléphoniques par la méthode de refroidissement novatrice Mistral. Mistral refroidit les équipements de télécommunication pendant toute l’année en utilisant uniquement l’air extérieur, sans faire appel à des agents réfrigérants. Près de 93% des centraux téléphoniques de Swisscom sont désormais équipés de Mistral. Pour le refroidisse­ment de ses stations émettrices et de ses stations de base de communication mobile, Swisscom s’affranchit également dans une mesure croissante des installations frigorifiques à compression. Swisscom n’utilise plus d’installations frigorifiques à compression et à agents réfrigérants que dans les centres de calcul où elle contrôle régulièrement l’étanchéité. Les réfrigérants émis au cours de l’exercice sous revue sont déterminés à partir des quantités de remplissage, qui se sont élevées à 182 kg (exercice précédent: 202 kg). Ils présentent un potentiel de réchauffement global (PRG) de 220 tonnes d’équivalent de CO2 (exercice précédent: 503 tonnes) et aucun potentiel de diminution de la couche d’ozone (PDO, 0 kg équivalent R-11). Lors de la transformation ou de l’extension des installations de réfrigération dans les centres de calcul, Swisscom veille, dans la mesure du possible, à n’employer que des agents réfrigérants naturels. A défaut, elle utilise des agents réfrigérants au potentiel de réchauffement climatique très faible. Pour la première fois en Suisse, Swisscom a installé en 2015 dans son bâtiment d’exploitation de Zurich Herdern une pompe à chaleur fonctionnant avec le réfrigérant HFO-1234ze. Ce fluide présente un très faible effet de serre (PRG = 6). Elle a par ailleurs adapté certaines installations au Tessin, en 2016, pour l’emploi de ce nouveau fluide.

Voir sous www.swisscom.ch/​climatereport2016

Batteries et installations électriques de secours

Même en cas de défaillance du réseau électrique, Swisscom doit assurer la disponibilité de ses services. C’est pourquoi Swisscom équipe les bâtiments de télécommunication et les centres de calcul de batteries et d’installations électriques de secours. Pour éviter toute pollution de l’environnement, elle vérifie régulièrement les mesures de sécurité préconisées pour les locaux abritant les batteries. A la fin de leur durée de vie, elle élimine les batteries de manière écologique et les recycle. Les installations électriques de secours sont utilisées uniquement en cas de panne de courant et quelques heures chaque année dans le cadre de tests. La consommation de combustibles nécessaire est comprise dans le total de la consommation de combustibles de Swisscom.

Emballages

Swisscom continue à envoyer les décodeurs TV et les routeurs par colis postal. Les emballages ont été adaptés et, s’agissant du choix des matériaux, les fibres vierges ont été remplacées par des matériaux recyclés. D’après les informations fournies par les fabricants, les économies réalisées lors de la fabrication peuvent ainsi atteindre jusqu’à 60% pour l’énergie et jusqu’à 70% pour l’eau, les émissions de CO2 et les déchets.

Déchets

Swisscom sélectionne soigneusement ses produits afin de prolonger leur durée de vie. Actuellement, la quantité de déchets liés au recyclage est en hausse en raison de l’évolution technologique et du passage à All-IP (technologie de fibre optique).

Les déchets sont éliminés dans le cadre de contrats passés avec la Bourse aux déchets pour la Suisse, l’entreprise Loacker et d’autres partenaires externes, ainsi qu’avec des entreprises dûment autorisées pour l’élimination des déchets spéciaux, conformément aux dispositions légales. Les déchets sont triés selon 25 types, qui entrent dans quatre grandes catégories, à savoir le recyclage, l’élimination des déchets ménagers et des déchets d’exploitation dans les usines d’incinération des ordures ménagères et les déchets spéciaux selon l’étiquetage OMoD (tubes fluorescents – code 20 01 21, réfrigérants – code 14 06 01, huiles usagées – code 13 03 07, eau glycolée – code 16 01 15 et batteries – code 16 06 01 / 16 06 98). Les résidus de chantiers et les restes de câbles sont triés sur place puis éliminés directement. Le volume des déchets ménagers est le résultat d’une extrapolation basée sur les chiffres réels de 2016 de six sites importants dans toute la Suisse. Ce calcul met en relation les équivalents plein temps de Swisscom en Suisse avec la quantité moyenne nouvellement déterminée qui s’élève à 40 kg par équivalent plein temps.

Tonnes   2014   2015   2016   2016 en %
                 
Catégories de déchets
Recyclage   1 863   1 645   3 575   51,4%
Déchets ménagers CI   1 443   1 505   750   10,8%
Elimination déchets d’exploitation CI   404   1 944   2 596   37,3%
Déchets spéciaux   17   23   30   0,5%
Quantité totale de déchets   3 727   5 117   6 951   100,0%

Recyclage

La catégorie «Recyclage» dans le tableau englobe les matériaux suivants: métaux (cuivre, fer, aluminium), papier et carton, plastiques (PET, PE, PP) et cassettes de toner. Pour le recyclage des matériaux issus de l’infrastructure de réseau, Swisscom a introduit une directive. Depuis 2015, Swisscom suit une procédure harmonisée destinée à renforcer la transparence tout au long de la chaîne d’élimination. Swisscom met en œuvre elle-même des matériaux recyclés: tous les sites utilisent ainsi du papier recyclé et le siège principal utilise l’eau de pluie et récupère la chaleur résiduelle de la station d’épuration située à proximité. Dans la mesure du possible, Swisscom réutilise aussi les routeurs. Le nouveau Business Park Minergie-P-Eco® à Ittigen Ey 10 a été bâti en utilisant un maximum de béton recyclé. Début 2016, il a obtenu le Watt d’Or, une distinction décernée par l’Office fédéral de l’énergie.

Sol et biodiversité

Les stations de base et les stations émettrices garantissent à toute la Suisse la possibilité d’utiliser des services de télécommunication, radio et TV. Elles sont parfois situées en dehors des zones habitées.

  • Stations d’émission de Swisscom Broadcast SA: cinq sites de SBC se trouvent dans des zones Emeraude, deux sites se trouvent en bordure d’une zone Emeraude ou en bordure de paysages de marais. Par ailleurs, un site se trouve dans un paysage de marais (zones protégées d’importance nationale).
  • Stations d’émission de Swisscom SA: 77 stations de base de communication mobile (exercice précédent: 63) (1,5% des 5 200 stations de base) sont situées dans les zones protégées susmentionnées, dont deux dans le Parc National Suisse.

Les stations de base forment aujourd’hui encore la charpente de tout réseau de communication mobile. Dans le positionnement de ces installations, Swisscom veille, au-delà des critères de radiocommunication, à une bonne intégration dans le paysage et l’environnement et à un usage parcimonieux et respectueux du terrain à disposition. La recherche d’un site adapté passe par une visite sur place et s’effectue en tenant compte des inventaires des sites et des bâtiments qui doivent faire l’objet d’une protection (le cas échéant). A l’exception de possibles atteintes visuelles, aucune influence néfaste des installations n’a été démontrée. Toutes les stations de base et les stations émettrices ont été approuvées par les autorités compétentes.

Pour la construction d’une station de base ou d’une station émettrice de communication mobile, il ne faut sceller que des surfaces de petites dimensions. Une station de base nécessite environ onze mètres carrés de terrain.

Lorsqu’elle démonte des stations émettrices désaffectées, Swisscom veille néanmoins à restaurer l’état naturel du terrain laissé libre, conformément à une prescription interne de Swisscom Broadcast SA. En 2016, Swisscom a démonté une station dont elle a ensuite réaménagé le terrain.

Swisscom soutient plusieurs partenaires qui s’attachent à protéger les sols et la biodiversité, sous la forme d’un apport financier et de façon plus directe, au travers de l’intervention personnelle des collaborateurs de Swisscom sur le terrain à l’occasion des Nature Days. Ces manifestations font partie du programme Corporate-Volunteering «Give&Grow». En 2016, les collaborateurs de Swisscom ont réalisé au total 1 007 journées d’intervention (940 l’année précédente) pour la préservation de la nature et du paysage. Swisscom soutient en outre le Parc National Suisse en mettant à sa disposition des services techniques. Pour protéger la biodiversité, Swisscom a introduit des abeilles (Apis mellifera) sur le site de son siège en 2016.

Autres émissions atmosphériques

La combustion d’énergies fossiles pour le chauffage et les déplacements engendre, outre les émissions de CO2, des émissions de NOx et de SO2. Celles-ci sont déterminées en appliquant les facteurs de conversion adéquats et dépendent de la consommation de combustibles et de carburants. Pour réduire les émissions de NOx et SO2, Swisscom optimise en permanence les chaudières et les moteurs à propulsion. Ces émissions sont indiquées dans le tableau «Indicateurs environnementaux» en page 36